Codéveloppement 4

A lire les étapes et les règles du codéveloppement, l’on peut se demander pourquoi un facilitateur est nécessaire. Il est le garant de la méthode. Il est là pour accompagner le groupe dans sa coconstruction et pour le soutenir en apportant les outils et postures formalisées par Champagne et Payette.

C’est pourquoi c’est lui qui choisit le sujet autour duquel tournera la séance, et c’est lui qui adapte le timing. C’est aussi lui qui pose le cadre en démarrage de séance et effectue des recadrages en douceur si nécessaire. Le facilitateur est une main de fer dans un gant de velours pour que l’intelligence collective puisse survenir.

Il peut prendre le rôle de consultant pendant les phases de clarification et de consultation. S’il le fait c’est principalement pour réorienter le groupe en douceur ou lui redonner une nouvelle impulsion pas tellement pour partager son savoir. Le facilitateur est en posture basse sur le contenu et en posture haute sur la méthode. Equilibriste, il a pour but de mettre en place les conditions favorables à l’émergence des apprentissages.

Dans le triangle pédagogique de Jean Houssaye, on est bien dans le processus apprendre ; et dans le tétraèdre pédagogique de Faerber, on se trouve en situation de facilitation.

Quelle place pour le groupe dans le triangle pédagogique ? | Ingénierie  pédagogique, Différenciation pédagogique, Formation de formateur

C’est bien les raisons pour lesquelles le codéveloppement est imputable au titre de la formation professionnelle continue. Les séances ne sont ni du teambuilding ni du coaching collectif mais bien une forme d’apprentissage par les pairs.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *